Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le filé de mouvement

par | 05 mai 2019 | Article | 2 commentaires

La photographie d’un filé de mouvement n’est pas si évidente que ça. J’ai remarqué que cela dépendait énormément de la vitesse d’action et de la taille de votre sujet. J’ai tenté l’exercice sur une de mes chiennes, Hisis, la plus petite (et la plus redoutable – voir photo en fin d’article). Petit chien de berger très tonique, Hisis m’a donné du fil à retordre.

J’explique pourquoi :

Pour réaliser un joli filé, on cherche à avoir un sujet (ou une partie du sujet) très net, entouré d’un environnement « filé », c’est-à-dire flouté dans le sens du mouvement du sujet. La mise au point doit donc être réalisée sur le sujet ou sur la partie du sujet que l’on veut nette. Une fois la mise au point réalisée, on reste appuyé à mi-course sur le bouton de déclenchement, puis on suit le sujet. Enfin, dans le mouvement, on déclenche. Le sujet devra donc apparaître totalement (ou en partie) net tandis que le reste de la composition présentera un filé de mouvement, qui augmentera la sensation de vitesse produite par le sujet en action.

L’expérience « Hisis » :

Assise par terre pour plus de stabilité et ainsi éviter un flou de bouger (et aussi pour me mettre à la hauteur du chien), les bras calés sur les jambes, je démarre l’exercice. Après une mise au point sur l’œil d’Hisis, je m’efforce de suivre sa course en me calant à sa vitesse, afin de ne pas perdre ma mise au point.

L’exercice est d’autant plus éprouvant que j’ai décidé de le réaliser avec mon objectif macro, me permettant plus de recul (100 mm) et une meilleure netteté dans les détails que mes autres objectifs. L’aspect négatif est le poids de cet objectif, qui ne me facilite pas la tâche.

Alors qu’une tierce personne lance la balle pour faire démarrer le chien en ligne à peu près droite, je tente de suivre le mouvement (en restant toujours sur l’œil !). Je tiens à ajouter ici qu’Hisis adore sa balle, peut monter à une vitesse très impressionnante pour l’attraper, et ne mesure qu’environ 30 cm de haut (donc pour résumer un tout petit chien dans une course effrénée et totalement désordonnée).

Rassurez-vous, j’ai recommencé l’exercice plusieurs fois avant d’arriver à un résultat satisfaisant ! Et c’est au moment où je pensais que mes avant-bras ne tiendraient plus le coup que je me suis concentrée une dernière fois (je suis têtue) pour me rapprocher un peu plus d’un résultat qui me paraîtrait satisfaisant. Oh gloire, l’ultime essai de la journée était le bon !

Moralité de l’article : plus on s’entraîne, plus on s’entête, et plus on a des chances de réussir ! 😉

Canon 5D Mark IV – EF 100mm f/2.8L Macro – f/5 – 1/60 – ISO 100

Pour vous aider dans la réalisation de vos filés de mouvement, je partage mes techniques et réglages :

Je préconise de réaliser l’exercice en Priorité Vitesse (Tv chez Canon, S chez Nikon). En effet, pour réaliser un joli filé de l’environnement, il faudra baisser sa vitesse au maximum, tout en veillant à ce qu’elle soit assez haute pour permettre une bonne netteté sur le sujet et éviter un flou de bouger. Plusieurs essais pourront se révéler nécessaires afin de choisir la bonne vitesse. Ici, une vitesse à 1/60 m’a permis un filé assez marqué de l’environnement tout en ayant une netteté très satisfaisante sur la tête du chien.

Côté ouverture, je laisse donc mon boitier décider. Dans un exercice comme celui-ci, on bouge, on change de plan, la lumière extérieure peut rapidement changer, on est concentré sur le déplacement rapide du sujet, j’estime donc qu’il est plus important ici de se concentrer sur le calibrage des vitesses : celle de l’appareil, et celle de notre propre mouvement.

Par contre, je bloque la sensibilité ISO à un seuil très bas (ici à 100 compte tenu de la luminosité très forte ce jour-là) pour ne pas dégrader la qualité de ma photo, et avec une vitesse basse, une bonne quantité de lumière sera déjà absorbée !

Le plus important dans cet exercice sera de suivre le sujet (appareil à l’œil, déclencheur enfoncé à mi-course) en veillant bien à ce qu’il reste sur le collimateur de mise au point, puis de déclencher tout en continuant à suivre le mouvement du sujet. On suit donc le mouvement avant, pendant, et après le déclenchement. Cela permettra d’obtenir un filé bien prononcé tout en gardant un sujet bien net ! J’ajoute que l’utilisation du mode AF Al-Servo (ou AF-C chez Nikon) est un réel soutien : cet autofocus continu permet d’ajuster la mise au point en permanence sur le sujet tant que le déclencheur est enfoncé à mi-course. Il vous aidera donc à maintenir la mise au point malgré la vitesse de déplacement du sujet.  

En post-traitement, j’ai un peu augmenté la netteté des contours, pour renforcer les détails visibles de mon sujet (Adobe Photoshop CC : filtre > renforcement > contours plus nets) et retravaillé ma balance des couleurs qui tiraient vers le jaune sur la photo originale. J’ai recadré l’image en 16×9 pour renforcer le mouvement horizontal et donc la sensation de vitesse.

Pour s’entraîner…

Si vous n’avez pas de chien pour vous servir de cobaye, pas de panique ! On peut s’entrainer au filé de mouvement avec n’importe quel sujet en mouvement : une voiture, un enfant qui court, un vélo qui passe, une feuille qui tombe, et j’en passe. Côté technique, vous développerez la vôtre selon vos ressentis, vos sujets et vos envies !

 

Et comme promis, voici la preuve en image qu’Hisis est un monstre :

« Défense des siens »
Canon 5D Mark IV – EF 100mm f/2.8L Macro – f/2,8 – 1/2000 – ISO 1250

2 Commentaires

  1. Clau, amatrice de jolies choses

    Article très intéressant et doté d’une belle moralité !
    Et quel modèle ce petit « monstre »!
    Merci pour cet article 🙂

    Réponse
    • Cyrielle

      Merci beaucoup ! Je suis ravie que ça t’ait plu 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Le filé pour l’abstrait

06 juin 2019

Dans le dernier article, je parlais du filé de mouvement, qui vise à renforcer l’effet de vitesse d’un sujet en mouvement. Ici, je souhaite aborder un autre aspect du filé : celui qui sert à l’abstrait. Il ne s’agit plus de suivre le mouvement du sujet, mais de créer son propre mouvement en suivant les courbes du sujet. Mon goût pour la photographie abstraite est née…

[Lire la suite]

Découvrir d'autres articles

⇽ Retour au blog

Tableaux Photographiques

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR PLUS DE PHOTOS